A propos...

Les expositions

19 Octobre 2018
Exposition Trentotto Original
11 boulevard Lazarre Carnot
31000 TOULOUSE

Du 15 Mars au 30 Avril 2018
Galerie Octobre Art contemporain & Mobilier XXe
6 rue du Rempart Saint Étienne 31000 Toulouse
Contact : Sophie Salles-Cazeaux
+33 628 056 203

Juin et Juillet 2008
Lady Moving
51 rue des Couteliers
31000 Toulouse

Octobre 2007
Tendance Pilates
10 place du Pont Neuf
31000 Toulouse

Mai et Septembre 2007
Association « La Garonne expose »

Novembre et Décembre 2006
Cabinet Dupuy Ravel & Brunet
1220 avenue de l’Europe
82000 Montauban

Mai et Septembre 2006
Association « La Garonne expose »
Promenade Henri Martin
31000 Toulouse

Septembre 2004
Galerie Fabien Mathieu
31 rue Bouquières
31000 Toulouse

Les baigneuses
des années 30…

Un des sujets principaux de ma peinture reste, depuis ma première toile peinte en Janvier 2003, les baigneuses des années 30.

La baigneuse mélancolique de Léon Spilliaert a été le premier point de départ …

Des baigneuses, des silhouettes épurées de garçonnes vêtues d’un simple maillot de bain, immobiles, allégories de l’attente, m’ont toujours procuré une fascination inexplicable.

Depuis plus de dix ans, ces silhouettes ont défilé dans ma tête… des clichés de mode de Jacques-Henri Lartigue à ceux de Hoyningen-Huene, des poses de Lee Miller ou des prises de Dahl-Wolfe, les nageuses de Kenton Nelson… une esthétique toujours sobre et limpide, très épurée.

Ils en parlent…

Cécile Récapé, une douce nostalgie à la galerie Octobre

« Ordre, couleur et symétrie… les tableaux de Cécile Récapé représentent des personnages dessinés avec précision.
Les contours sont nets et leurs corps athlétiques accentuent la sobriété de la composition.
Dans un espace vide et solide d’aplats sans horizon, ils semblent vivre des moments calmes et heureux.
Ce réalisme froid et méticuleux n’est cependant qu’un prétexte et un moyen pour intensifier l’impression d’étrangeté et créer une atmosphère onirique. Cette réalité comme transfigurée est chargée de nostalgie et nous inspire le charme des illustrations art déco de nos grands parents.
Il ne s’agit pas seulement de portraits: à travers ses figures, l’artiste représente la fragilité et la mélancolie qui imprègnent l’être humain dans sa vie quotidienne. »

L’acrylique
et Valerio Adami

Influencée dans ma technique par le peintre italien Valerio Adami, j’ai toujours travaillé à l’acrylique car elle m’offre une rapidité de séchage inestimable : mes toiles contiennent trois voire quatre couches de la même teinte superposées, la dernière, l’ultime et définitive étant ainsi saturée à son comble afin d’en obtenir une maximale intensité, secret de sa lumière. Impatiente de nature, il m’arrive même souvent d’utiliser le sèche-cheveux entre deux couches…

Mes sensations

Un des plaisirs que peindre m’apporte est cet instant où la sensation de finitude se fait sentir, la certitude intérieure que la toile est enfin achevée…

Difficile pourtant en même temps d’accepter de quitter un espace où l’on s’est perdu un moment…

Le contour noir m’aide à passer cette étape, il cerne chaque couleur, la délimite avec sûreté et la rassure dans un espace unique pour chacune.

Il y a, à ce moment là, quelque chose pour moi de magique dans l’apparition de ce trait noir qui donne vie aux formes, les fait exister et les détache les unes par rapport aux autres sur la toile.

Des couleurs « méditées »

Chaque couleur est préparée ou plutôt méditée, vague réminiscence d’un souvenir ou reflet d’une émotion, condensé de ma mémoire.

Les gris colorés sont mes palettes préférées.

Les dessins restent toujours antérieurs à la couleur, ils s’inspirent de photographies prises par des artistes ou moi-même, je peux aussi utiliser ma fille comme modèle.

Pin It on Pinterest

Share This