Blog et actualités

Sommaire

Blog et actualités

Sommaire

« Simplifier le chemin de la toile à la production finie »

23 Jan, 2018

Au fil des expériences, de mes ratés et de mes réussites, j’ai trouvé un fil limpide à suivre dans ma technique.

Tout commence par le choix du format de la toile.

Mon format de prédilection reste le 60×120 car il offre par sa taille, outre sa maniabilité, un choix de cadrage du sujet intéressant.

En vertical comme dans « Apesanteur » ou horizontal comme « Trois enfants face à la mer », je cherche dans ce format le lieu où mon dessin pourra exprimer avec le plus de vérité son rythme propre.
Aussi, la toile n’est jamais assez lisse à mon goût. Même en prenant un châssis de qualité, la trame reste beaucoup trop visible. Je passe plusieurs couches de Gesso en prenant le soin de poncer entre chacune d’elles… jusqu’à obtenir quasiment un touché lisse et extrêmement doux …
Lorsque ma toile est prête à accueillir mon sujet, je le positionne dans ma tête maintes fois en laissant la toile vierge sous mes yeux pendant une bonne semaine… pendant ce temps, je cherche l’inspiration dans des photos personnelles ou d’artistes dont j’ai pu citer les noms dans ma présentation (« A propos » ) … je peux aussi faire poser ma fille à plusieurs reprises pour obtenir la ligne exacte de la jambe, la position précise d’une cheville, d’une main ou d’un pied … je cherche à simplifier au maximum le dessin pour qu’il n’en reste qu’une ligne claire…

Une fois cadré et encré sur ma toile, place aux couleurs …

Ma palette se résume en 25 pots, sorte de gamme idéale: principalement des gris colorés et des verts luxuriants : je les fabrique en partant de mélanges d’acrylique opaque et fluide achetée en gros tubes de plastique… Je passe beaucoup de temps à méditer chaque couleur… Pour moi chaque couleur est l’expression d’une émotion.
Parfois j’ai le bonheur de trouver un ton qui répond exactement à un état d’âme. Je le conserve alors précieusement.
Seul le rouge n’est pas modifié : j’ai depuis toujours une attirance pour le « carmin naphtol » à l’état pur.

L’étape de la peinture est un réel coloriage de précision, j’utilise le rouleau ou des pinceaux très larges pour les grands aplats de couleur… Jamais plus de 2 ou 3 teintes dans un tableau … ce que je ne supporte pas plus dans mes tenues … Je peins souvent à plat sur une table ou à même le sol… Mes chats sont mes pires ennemis à ce moment là …

Conserver ma palette dans des pots en verre en peignant le couvercle de la teinte me permet d’aller plus vite à l’essentiel dans mes choix.

Je doute souvent de la couleur la plus appropriée… Je doute aussi souvent dans mes choix de dessin… Mes doutes me permettent aussi d’avancer dans des associations d’idées qui enrichissent ma démarche, j’écoute ma petite voix intérieure …

J’aime aussi retravailler un autre sujet avec la même gamme de teintes, cela crée un écho et me procure aussi une sensation d’identité confortable.

Une couleur n’est pas la même le matin ou le soir: un gris intense à midi paraît ardoise à la tombée de la nuit… Je prends alors mon temps, la toile reste sous mes yeux chez moi pour mieux la « digérer » …

J’applique plusieurs couches de chaque couleur pour obtenir la surface la plus lumineuse possible, que la couleur soit claire ou foncée. Je porte la couleur à saturation … Je suis très exigeante sur « le travail bien fait » et j’essaie d’obtenir la surface la plus lisse possible.

Lorsque l’étape des x couches est terminée, je redonne de la présence aux traits de mon dessin, je recharge la ligne: elle reprend force, chaque détail et contour reprend vie, c’est assez magique …

Dernières publications

Exposition du 4 Juin au 24 Juillet à la Galerie Octobre

Exposition du 4 Juin au 24 Juillet à la Galerie Octobre

C’est avec plaisir que je retrouve les murs de cette Galerie et leurs charmants propriétaires pour cette nouvelle exposition. Une douzaine de toiles acrylique sur lin ou coton mélangé toujours en grand format seront proposées ainsi que dix tirages photos encadrés de...

« Nul besoin d’atelier pour m’amuser… »

« Nul besoin d’atelier pour m’amuser… »

Le sol a toujours été depuis mon enfance l’endroit idéal pour créer. Ailleurs ou même chez moi, l’espace sacré d’ "atelier d’artiste" est dématérialisé... C’est simple. Il suffit de m’asseoir ou de m’allonger… la confrontation avec la feuille ou la toile blanche est...

Pin It on Pinterest

Share This